Combien de personnes dans le monde entier fument tout en connaissant les conséquences du tabac sur notre santé ? Un bon paquet j’imagine…

Lorsque la dépendance franchit le pas sur la raison, lorsque nous ne sommes plus capable d’arrêter un produit qui nous détruit chaque jour, est ce pour autant un manque d’intelligence ? Pas forcément si nous sommes de nature suicidaire…

On se sent plus fort que le cancer, on nie la vérité comme si rien ne pouvait nous arriver. Il est vrai que chacun d’entre nous finira bien par partir vers d’autres cieux et qu’aujourd’hui la probabilité d’être atteint d’un cancer augmente…Où est l’intérêt donc de continuer à part de pouvoir accompagner son café par une ptite Philip Morris ? « Et la clope d’après manger, t’y as pensé ? ».

A l’heure où beaucoup finissent le mois au raz des pâquerettes, où beaucoup passent en priorité son budget tabac avant certaines choses indispensables…serait il pas plus sérieux d’arrêter ?

Si bien sur, ça parait logique mais le problème dans toute dépendance, c’est qu’il est plus facile de le dire que de le faire.
Nous y pensons sans passer à l’action car il y a une grosse étape mentale à franchir. Finalement, la plus grosse erreur est elle de ne pas arrêter ou plutôt d’avoir commencé à fumer ?

J’arrête